Méditation

Un joyau à milles facettes

La méditation est un outil aux innombrables aspects. En plus, on le porte toujours sur soi, un avantage non-négligeable. C’est en fait notre état naturel d’attention et de calme profond. Mais où est-il passé?

Au cours de mes voyages en Orient, en Asie, en Amérique et en Australie, je me suis intéressé aux peuples premiers. J’ai vu qu’ils pratiquent tous la méditation, quotidiennement et sous bien des formes. Elle est d’ailleurs souvent enseignée comme un moyen de calmer le tumulte émotionnel et mental de la vie.

Méditation chez nous

Dans les sociétés occidentales, il semblerait que cette pratique soit oubliée…ou reléguer au rang d’une croyance, d’une option complémentaire ou d’une lubie. En tout cas, beaucoup d’entre nous avons une idée erronée de ce qu’est méditer. Par conséquent, nous n’avons jamais fait l’expérience de ce que ça apporte.

Réapprendre les bases

Tout d’abord, en comprenant ce que la méditation n’est pas.

Ce n’est pas une introspection tortueuse et douloureuse qui ressasse le passé ou se projette dans le futur. Et ce n’est pas non plus « faire le vide », comme on le croit trop souvent.

Ensuite, en appliquant la technique appropriée.

Méditer c’est observer ses pensées, ses émotions et ses sensations depuis son propre mental sans s’y perdre ni s’y impliquer. La clé de ce détachement ou l’équanimité, réside dans la compréhension. Car ce qui observe ne peut être ce qui est observé. Pouvez-vous regarder votre propre visage sans miroir ? La conscience, ce qui observe, est ce miroir. Mais tous ces mots ne font sens qu’à travers l’expérience.

Aujourd’hui, on cherche à renouer contact avec cette conscience, sans tomber dans le piège de la nostalgie, de la psychanalyse de salon, des mémoires douloureuses ou de s’abîmer dans une contemplation imaginative.

Enfin, en pratiquant tous les jours.

Il n’y a aucun secret, ni remède miracle à nos soucis. Notre mental, qui n’en fait qu’à sa tête, n’est pas non plus notre ennemi. Seulement, des années de mécanismes, d’habitudes et de laisser-aller ne vont pas disparaître par magie. Une fois apprise la ou les techniques qui nous conviennent, il faut pratiquer. Avec assiduité, discipline, sans se forcer non plus mais de façon enthousiaste. Arranger des moments, un endroit, travailler seul(e) ou en groupe, les possibilités sont nombreuses. Pour les découvrir, je vous invite à une session de méditation ou à me contacter.