Chant Khommei

Sonothérapie

La troisième branche de Mana Yoga est le chant khommei. Ce chant diphonique mongol est une magnifique sonothérapie (soin par le son). Comme pour le yoga posturale ou la méditation, la clé c’est la respiration.

Originaire des steppes d’Asie Centrale, le chant khommei est né de l’observation de la Nature, des animaux et des cycles de la Lune. Aujourd’hui, cette technique accessible à toutes et à tous, permet de générer deux sons à partir de sa voix.

Notre son de base est un outil de prédilection pour se relaxer et se réaligner. On se réconcilie et se connecte avec les cordes vocales en plusieurs étapes: le silence, la conscience et l’attention de nos sensations, émotions et pensées. Cela nous amène dans un voyage intérieur sur la route de l’éveil et du retour à soi.

Tendez « une oreille » au chant khommei ou chant diphonique mongol dans cette courte vidéo.

Disséquer le son

Le concept du chant diphonique est un peu celui d’un prisme. En optique, un prisme permet de séparer pour distinguer les différents spectres de la lumière blanche. Dans le cas du khommei, on va utiliser la base de la langue comme un outil pour séparer différentes fréquences du son de notre voix, pour séparer la base des harmoniques. En fait, ces harmoniques sont déjà présentes dans le son de base, mais intégrées et mélangées. C’est pourquoi on ne les distingue pas… jusqu’à ce qu’on commence à pratiquer le chant diphonique!

La technique

Premièrement, on commence par rééduquer notre ouïe, nos oreilles, à l’écoute des harmoniques. A travers une méditation simple, on entre dans le monde du son, nadaloka. Puis on continue par des exercices qui rétablissent notre capacité respiratoire, qui libèrent ensuite notre voix et renforcent notre langue, notamment à sa base. Enfin, on commence, après avoir produit ses propres harmoniques, à travailler sur la résonance. En quelques heures d’entraînement, vous pourrez explorer un vaste monde de possibilités cachées là, à l’intérieur de vos poumons, de votre bouche et dans vos corps, physique et subtils.

La technique décrite dans la vidéo suivante:

La voix est la voie

D’abord, il n’est pas nécessaire d’être mélomane ni d’avoir des notions de chant pour s’entraîner au chant khommei. En effet, un peu de volonté et de pratique suffisent. Ensuite, pas besoin d’être malade ou en souffrance pour en ressentir les bienfaits. Et enfin, se reconnecter avec soi à travers sa voix en retrouvant les harmoniques qui la composent est un chemin facile avec la technique khommei.

Des ateliers sont régulièrement mis en place, d’autres peuvent être organisés sur demande en me contactant.

Vidéos d’un atelier – retraite de chant diphonique en yourte!